Institut national supérieur du professorat et de l'éducation
 
 
 

Accueil > TOUTE L’ACTUALITE > Retour sur la Cordée de la réussite de l’INSPÉ Lille HdF

Retour sur la Cordée de la réussite de l’INSPÉ Lille HdF

Que sont les Cordées de la réussite ?

Les « Cordées de la Réussite » permettent la mise en réseau d’établissements d’enseignement supérieur avec des collèges et des lycées relevant des réseaux d’éducation prioritaire, des quartiers prioritaires de la politique de la ville ou encore des zones rurales éloignées. Cela dans un but d’accompagnement à l’orientation, via la mise en place de plusieurs actions :

  • tutorat
  • activités d’accompagnement et d’ouverture sociale, culturelle, artistique, sportive et citoyenne
  • découverte des métiers et des formations
  • découverte des établissements d’enseignement supérieur engagés dans une cordée
Quelques informations clés :
  • Plus de 500 établissements d’enseignement supérieur en France sont engagés dans une cordée
  • Pour l’année scolaire 2020 – 2021 ce sont 61 cordées qui ont été labellisée pour la Région académique Hauts-de-France
  • L’académie de Lille compte 43 têtes de cordées (établissements d’enseignement supérieur engagés dans le dispositif)
  • L’INSPÉ Lille HdF a mis en place cette année une « cordée emblématique » avec son programme « Parcours de prof, métiers de l’enseignement »
Source : Les cordées de la réussite - ac-lille.fr

Rencontre avec Clémence Beugin et Valentin Catez, engagés dans ce dispositif

Clémence Beugin et Valentin Catez, étudiants en 1ère année de Master MEÉF à l’INSPÉ d’Arras, ont tous deux accepté de témoigner de leur rôle de tuteur au sein de la cordée de l’INSPÉ Lille HdF.

Pouvez-vous vous présenter ?

Clémence Beugin (CB) : Je m’appelle Clémence Beugin. Je suis étudiante en master MEÉF 1er degré et je me suis engagée cette année dans le projet des Cordées de la Réussite afin d’aider les jeunes collégiens à découvrir et appréhender le métier de professeur des écoles.

Valentin Catez (VC) : Je m’appelle Valentin Catez, j’ai 23 ans et je suis étudiant en 1ère année de master MEÉF.
Avant cela, j’ai obtenu une licence Science de la Vie et de la Terre à l’Université Jean Perrin à Lens, J’ai réalisé une 3ème année spécialisée dans les métiers de l’enseignement. J’ai donc décidé de m’engager dans le projet « Cordée de la réussite » où j’exerce le rôle de tuteur et d’intervenant auprès de collégiens.

Comment vous est venue l’idée de vous engager dans la cordée de l’INSPÉ ?

VC : J’ai toujours eu le goût de l’investissement, d’autant plus lorsque c’est pour des projets qui me tiennent à cœur. Alors lorsque j’ai vu le projet « Cordée de la réussite », je n’ai pas hésité à envoyer ma candidature. Il me semble essentiel de rappeler aux plus jeunes que chacun peut réussir.

CB : Je me suis engagée suite à la sollicitation de Mr Lembré (chargé de mission Cordée Métiers de l’enseignement au sein de l’INSPÉ) et j’ai accepté car j’aurais aimé, à la place des collégiens, qu’une étudiante un peu plus âgée puisse faire un retour sur les années lycée et post bac, puis répondre à diverses questions.

Quel a été votre rôle au sein de ce dispositif ?

CB : Mon rôle a été d’intervenir au sein de collèges avec des petits groupes d’élèves volontaires. Nous avons pu échanger sur le parcours pour devenir professeur des écoles, sur les motivations, sur l’importance des stages etc.

VC : J’ai également réalisé plusieurs interventions dans des collèges. L’objectif principal est de promouvoir le parcours afin d’accéder au métier de professeur des écoles. Ce qui permet de se présenter ainsi que de présenter son parcours scolaire.

CB : Nous avons également relativisé les changements d’orientations, suite aux stages notamment, et le fait que certains élèves n’avaient pas d’idées de projets professionnels.

VC : Lors de ces interventions, on est détenteur de valeurs importantes à nos yeux. Notamment concernant l’égalité des chances. Moi-même fils d’ouvriers, je voulais montrer que je mérite tout autant qu’une autre personne d’accéder au métier que je souhaite et ainsi, convaincre les collégiens qu’eux aussi peuvent être acteurs de leur avenir.
De plus, le métier de professeur des écoles est très féminisé et compte beaucoup de femmes. On parle bien d’écoles « maternelles ». Je voulais donc porter un message, celui qu’un homme peut aussi devenir professeur des écoles, et ainsi lever tous les préjugés autour des métiers en général. Montrer qu’il n’existe pas des métiers « d’hommes » et des métiers « de femmes ». Je trouve important de montrer dès le plus jeune âge qu’il ne faut plus « genrer », que ce soit les métiers, les jouets, les couleurs etc.

Que vous apporte cet engagement, particulièrement dans votre projet professionnel ?

CB : Cet engagement permet de me rappeler que j’aime être au contact des jeunes, les aider et leur apporter mon aide comme je le peux. Cette expérience m’a une fois de plus confortée dans mon choix de devenir professeur des écoles.

VC : Cet engagement nous rappelle qu’il faut prendre en compte l’hétérogénéité des élèves. Ce qui signifie que les élèves viennent de milieu différents, ont des profils différents mais ont pourtant les mêmes chances de réussite à l’école. Le rôle de l’enseignant est donc de tout mettre en œuvre pour permettre à tous les élèves de réussir !

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui souhaiteraient s’engager dans ce projet ?

VC : Selon moi, il ne faut pas qu’ils hésitent à s’engager s’ils ont envie de partager des valeurs, notamment celles de l’école, si ils ont envie de promouvoir le métier, de motiver les élèves à choisir ce parcours ou tout simplement s’ils ont envie de partager leur passion pour le métier. Il faut qu’ils s’engagent !

CB : Je conseillerai à ces étudiants d’oser ! Je comprends que cela puisse faire peur au début en terme d’organisation, d’engagement etc. Cependant, si certains le font, pourquoi pas eux. Ces expériences apportent tellement en terme de relationnel, de compétences professionnelles etc. Elles permettent vraiment de se construire professionnellement, ce qui n’est pas négligeable en début de carrière.

(Re)visionnez l’émission Le Monde Campus - Le Mag’ !

Clémence Beugin a participé, le 23 avril dernier, à la première émission de « Le Monde Campus-Le Mag’ », en partenariat avec WEO, portant sur la thématique de l’égalité des chances. L’occasion pour elle de témoigner de son implication dans la cordée de la réussite de l’INSPÉ Lille HdF, et plus largement de l’engagement des jeunes dans la société.

Clémence Beugin parlait également le 14 mars 2021 dans l’Abeille (hebdomadaire diffusé dans le Ternois) de son intervention au collège Jacques Prévert d’Heuchin (62). Pour consulter l’article, cliquez ici.

Clap de fin pour la cordée INSPÉ 2020-2021

La cordée INSPÉ 2020 – 2021 s’est clôturée mercredi 09 juin, par une journée organisée spécialement pour l’occasion en collaboration avec deux établissements scolaires partenaires.
Une dizaine d’élèves, intéressés par les métiers de l’enseignement et de l’enfance, ont profité d’une visite du LAM le matin, avant de découvrir le site de formation de l’INSPÉ de Villeneuve d’Ascq dans l’après-midi. Ils ont été accueillis en fin de matinée par l’équipe de direction de l’INSPÉ et, après avoir déjeuné sur place, ont participé à un atelier de conception d’outils pédagogiques organisé par les équipes du Minilab.
Deux étudiantes en master MEEF premier degré étaient également présents afin d’animer cet atelier.