Préparer aux métiers de l'enseignement,
de l'éducation & de la formation

INSPÉ DE L'ACADÉMIE DE LILLE
HAUTS-DE-FRANCE

Projets de recherche

Présentation

Depuis 2014 et dans la continuité de l’ESPE Lille-LNF, l’INSPÉ Lille-HDF finance chaque année une trentaine de projets pour rendre visibles et soutenir les forces de recherche sur les problématiques relatives à l’éducation via un appel à projets.

Financé sur fonds propres, cet appel à projets témoigne de l’engagement fort et constant de l’INSPÉ Lille-HDF dans la dynamisation de la recherche en éducation mais aussi  de sa mission majeure de mise en réseau et de fédération de cette recherche au niveau de l’académie de Lille entre les différents partenaires.

L'appel à projets recherche

Cet appel à projets s’adresse aux laboratoires des quatre universités régionales de l’Académie de Lille (Université de Lille, Université d’Artois, UPHF, ULCO), leurs laboratoires et leurs équipes.

Les projets déposés sont expertisés par la Commission recherche de l’INSPÉ de Lille – HdF, définie par l'article 31 du règlement intérieur et comprenant des acteurs de la recherche de l’INSPÉ de Lille - HdF mais aussi des services académiques et des représentants des divers services de recherche de la région (MESHS, DRRT, Conseil régional, écoles doctorales, etc.).

Les résultats de ces projets de recherche sont valorisés au travers de communications et de publications scientifiques mais aussi d’évènements ouverts à étudiants et à tous.

Ils viennent ainsi en appui de la formation initiale et continue.

APPEL A PROJETS RECHERCHE 2022

Favoriser la réussite éducative des élèves de l’académie de Lille

Projets soutenus en 2021

Enseigner d'Education Physique et Sportive, encadrer et animer le sport scolaire au sein de l'Académie de Lille : identités et singularités d'une discipline (et de ses acteur.rices) au service de la réussite éducative ? - HilEpsaLi, Histoire de l'EPS dans l'Académie de Lille

Porteur du projet : Jean Brehon, Maître de conférences

Laboratoire : Textes et Cultures

Discipline.s : STAPS, traitement médiatique genré de la pratique sportive, figure de l'entraîneur, évolutions et histoire du temps présent de l’enseignement de l’Education Physique et Sportive et de l’encadrement du sport scolaire dans l’académie de Lille

Résumé du projet :

Si l’identité scolaire de la discipline a déjà fait l’objet de nombreux travaux, peu d’entre eux se sont intéressés à sa déclinaison académique en questionnant les particularités régionales (économique, sociale, scolaire, sportive et culturelle) au prisme d’une histoire récente et au ras du sol. Ils sont encore moins nombreux à questionner les singularités disciplinaires et l’impact de l’offre de formation sur la réussite des élèves et de leur parcours de formation. En s’intéressant autant aux cadres temporels qu’à la trajectoire des individus, en inscrivant les travaux dans la durée (dernier tiers du vingtième siècle et vingt et unième siècle), les (socio)historien.ne.s du groupe HilEpsaLi souhaitent interroger, par l’étude de contextes et de terrains variés, les transformations contemporaines de l’EPS et de son enseignement, du sport scolaire au prisme de la réussite (éducative) des élèves. Pour décrypter le socle identitaire de la discipline à l’échelle des individus qui le façonnent localement, analyser, de surcroit, l’identité professionnelle « en mouvement » des acteurs.rices qui l’organise et comprendre, in fine, la manière dont la discipline répond au principe d’une réussite éducative, dépassant désormais le simple cadre de la réussite scolaire (Berthet, 2017).

Porteur du projet : Séverine Casalis, Professeure des Universités

Laboratoire : SCALAB

Discipline.s : Psychologie cognitive, psycholinguistique

Résumé du projet :

L’enseignement des langues étrangères, notamment l’anglais, est devenu une priorité pour les politiques d’éducation. Or, si on connait assez bien l’impact sur la lecture de l’immersion bilingue en général, on manque de données chez les enfants issus de milieux socialement défavorisés. Ces enfants présentant souvent des compétences linguistiques et métalinguistiques en deçà des normes de leur âge, l’impact de la situation d’immersion doit être évalué.
L’objectif du projet est de tester l’impact d’une scolarisation en immersion bilingue français-anglais, dans le cadre du Programme Calais Territoire Bilingue, sur la mise en place des mécanismes de lecture et compétences associées chez des enfants issus de milieux socialement défavorisés. Pour cela, 240 enfants seront suivis de la fin du CP à la fin du CE1 (120 en immersion bilingue, 120 en contexte traditionnel), faisant suite au projet CalBilex, couvrant les tout débuts de l’étude.

Porteur du projet : Sylvie Condette, Maîtresse de conférences HDR

Laboratoire : CIREL

Discipline.s : Sciences de l'éducation et de la formation : Sociologie de l'école; éducation comparée

Résumé du projet :

Cette recherche pose comme hypothèse que la collaboration entre les différents professionnels de l’établissement scolaire conduit à l’instauration progressive d’un meilleur climat relationnel qui permet de mieux faire réussir les élèves.
La collaboration professionnelle au sein des écoles et des établissements scolaires, par les interactions qu’elle promeut, par les valeurs qu’elle sous-tend, semble un levier particulièrement pertinent pour favoriser l’inclusion et la réussite des élèves dans la mesure où ceux-ci évoluent dans un contexte sécurisant et bienveillant qui agit sur la confiance de soi et la motivation.

Porteur du projet : Isabelle De Peretti, Professeure des universités

Laboratoire : Textes et cultures

Discipline.s : Didactique du français et de la littérature dans ses dimensions historique, épistémologique et praxéologique

Résumé du projet :

L’équipe « Littératures et cultures de l’enfance », au sein du laboratoire Textes et Cultures de l’université d’Artois, propose, par une recherche de type descriptive, de dresser un état des lieux des recherches, pratiques, partenariats mis en œuvre depuis une quinzaine d’années dans l’académie de Lille, au service de l’inclusion scolaire et sociale des enfants et élèves à besoins éducatifs particuliers (Thomazet, 2012). Il s’agit dans un premier temps d’identifier, aux regards des résultats de recherche existants et de catégories d’actions, les ressources locales et les besoins des divers acteurs engagés autour des enjeux culturels, sociaux et scolaires de la littérature de jeunesse, spécialement de l’album et du théâtre, auprès des publics à BEP, dans une visée intégrative de culture commune. Cette recherche est conçue à la fois comme production de ressource et comme premier volet d’une recherche de l’équipe, qui se développera ensuite sur les plans théoriques et collaboratifs, en réponse à des besoins régionaux clairement identifiés.

Porteur du projet : Thomas De Vittori, Maître de conférences (Hors classe)

Laboratoire : Laboratoire de Mathématiques de Lens

Discipline.s : Analyse didactique de l'utilisation de l'histoire des mathématiques en classe et en formation. Histoire de l'enseignement des mathématiques, Histoire des mathématiques.

Résumé du projet :

Le projet EDU-HM2022 porte sur l’analyse des effets de l’utilisation de l’histoire dans l’enseignement des mathématiques tant au primaire qu’au secondaire où elle fait désormais partie des programmes. Plus particulièrement, il s’agira de chercher à rendre compte de l’impact réel sur les apprentissages scolaires de l’approche pédagogique par l’histoire des mathématiques. En rupture avec la très majorité des recherches menées ailleurs actuellement qui s’organisent surtout autour d’études qualitatives, EDU-HM2022 vise avant tout des analyses quantitatives sur des pratiques de classe ordinaires. La validation de la pertinence de cette thématique par des méthodes statistiques (FA, PCA, IRT dont modèle de Rasch, …) constitue un véritable enjeu tant pour la recherche que pour la formation des enseignants.

Porteur du projet : Caroline Desombre, Professeure des universités

Laboratoire : PSITEC

Discipline.s : Obstacles à l'inclusion scolaire des élèves à besoins éducatifs particuliers. Mesure des effets des stéréotypes sur la réussite scolaire.

Résumé du projet :

Malgré de nombreuses mesures réglementaires et législatives, la mise en œuvre de l’éducation inclusive reste vacillante. Selon différents travaux, le succès de l’inclusion dépendrait des attitudes des acteurs directement impliqués dans l’éducation inclusive, c’est-à-dire des attitudes des enseignants (Elliott, 2008 ; Leatherman & Niemeyer, 2005), et des parents (Pijl et al., 1997, de Boer & Munde, 2015). Ce programme de recherche vise à (1) comprendre comment la formation des enseignants peut agir sur les attitudes de ces derniers envers l’inclusion et (2) identifier les différences d’attitudes envers l’inclusion de différents acteurs impliqués dans la mise en place de ce nouveau paradigme (enseignants, CPE et parents). Pris dans leur ensemble, ces études devraient permettre de mieux ajuster les dispositifs d’accompagnement et de formation des enseignants et d’envisager de meilleures modalités de travail partenarial et d’équipe.

Porteurs du projet : Olivier Dieu et Clément Llena, maîtres de Conférences

Laboratoire : UREPSSS

Discipline.s : Education à la santé et au bien être par l'activité physique et l’EPS

Résumé du projet :

Ce projet s'inscrit dans le prolongement d’un congrès national sur les activités de raquette, organisé les 17 et 18 septembre 2021 à Calais, lors duquel a été soulevée la question de l’inclusion, en EPS, des élèves plus sédentaires. En effet, alors que badminton, est le sport individuel le plus programmé en EPS, cette activité a priori « engageante » n’arrive plus aujourd’hui qu’à la huitième position des activités préférées des élèves (Deslaurier, 2007). Selon nous, cette désaffection, qui touche les élèves les moins actifs (Mayeko & Dietsch, 2019), notamment les filles (Bréau, 2020), et qui s’accentue à mesure que la scolarité avance, est liée à la conception des formats pédagogiques. Les enseignants privilégient un format unique : compétitif et individuel : « la montante descendante » qui a largement montré ses limites en termes d’inclusion (Dieu & Joing, 2016). A l’heure où le désengagement physique des jeunes devient une préoccupation de premier plan (enquête Kantar Public, 2018 ; Varma et al., 2017) et afin que le badminton scolaire reste une occasion de viser conjointement le plaisir et la dépense énergétique des élèves, l’enjeu de cette étude est de mesurer l’effet de la conception de formats pédagogiques dans cette activité sur l’engagement des élèves.

Porteur du projet : Guillaume Gimenes, Maître de conférences

Laboratoire : PSITEC

Discipline.s : Psychologie cognitive de l’éducation

Résumé du projet :

Les théories liées à la cognition incarnée (Barsalou, 2008) ont montré que le traitement d’un contenu pouvait être directement affecté par les caractéristiques de sa présentation. Katzir, Hershko, & Halamish (2013) ont ainsi mis en évidence qu’une taille de police plus grande pouvait améliorer la compréhension écrite chez les plus jeunes. Aussi, Werth et Strack (2003) ont montré un effet de la taille de police sur le sentiment d’efficacité personnel (SEP, Bandura, 2003) chez les adultes. Ce projet de recherche a pour but d’investiguer davantage l’impact de la taille des caractères sur les performances en lecture et les raisons potentielles de tels effets. Nous avons deux objectifs : (1) Mesurer l’influence de la taille de police sur les performances en lecture sur des textes (faciles ou difficiles) (2) Approfondir la compréhension en intégrant le SEP comme médiateurs des performances en lecture.

Porteur du projet : Olivier Kheroufi-Andriot, Formateur INSPE de l'académie de Lille

Laboratoire : CIREL - PROFEOR

Discipline.s : Sciences de l'éducation, inclusion scolaire

Résumé du projet :

La question de l’inclusion est particulièrement saillante dans le contexte scolaire. Afin de relever le « défi inclusif », des formations interprofessionnelles entre enseignant.es et professionnel.les du secteur médico-social peuvent être particulièrement adaptées. Dans l’objectif de contribuer à leur conception, ce programme de recherche vise à mieux comprendre les contraintes et obstacles, mais aussi les ressources et opportunités susceptibles de limiter, ou au contraire de contribuer au déploiement de telles formations interprofessionnelles. Une enquête de nature qualitative est donc mobilisée pour aider à analyser et à accompagner, avec l’aide des acteurs concernés par ces formations, la construction de dispositifs collaboratifs de recherche et de formation en matière d’inclusion scolaire selon une démarche d’interprofessionnalité.

Porteur du projet : Paul Lehner, Maître de conférences

Laboratoire : CIREL

Discipline.s : Sciences de l'éducation

Résumé du projet :

À la croisée de la psychologie de l’éducation et de la sociologie de l’éducation, du travail et des professions, cette recherche s’intéresse au travail collaboratif dans l’accompagnement à l’orientation en établissement scolaire. Aux côtés d’autres déterminants (les politiques et dispositifs, les motivations, l’offre de formation, etc.), l’accompagnement à l’orientation est en effet susceptible de jouer grandement sur les choix et les parcours des élèves. Son organisation concrète constitue un enjeu éducatif central qui concerne l’ensemble des professionnels de la communauté éducative (enseignants, CPE, PsyEN…) et qui nécessite ainsi un travail collaboratif. Cette recherche vise alors plus précisément à étudier les pratiques en termes de division du travail et de collaboration professionnelle dans la mise en œuvre du « Parcours Avenir » au sein d’un établissement de premier cycle d’études secondaires. Elle se donne trois objectifs : 1) identifier les différents types de collaboration à l’œuvre ; 2) étudier les mécanismes qui en sont au principe ; 3) analyser leurs effets pluriels, sur les professionnels en termes de pratiques et d’identité au travail, et sur les élèves en matière de représentations et de compétences s’orienter.

Porteur du projet : Stéphane Lembré, Maître de conférences

Laboratoire : CREHS

Discipline.s : Histoire de l'enseignement technique et de la formation professionnelle aux XIXe et XXe siècle, à la rencontre de l'histoire de l'éducation, de l'histoire économique et sociale et de l'histoire des techniques.

Résumé du projet :

Alors que l’évolution institutionnelle de l’orientation scolaire et professionnelle est désormais connue, retrouver les choix des élèves et de leur famille en matière d’orientation reste un enjeu fort pour l’histoire de l’éducation et, au-delà, pour l’histoire de la société française dans la deuxième moitié du XXe siècle. Ce projet vise à identifier les choix et leurs motivations au temps de la massification de l’enseignement secondaire et d’un premier accroissement des effectifs étudiants, des années 1950 aux années 1980. Il se propose d’y parvenir en s’appuyant sur des sources primaires (archives d’établissements scolaires notamment), et des sources secondaires, notamment les premières recherches menées par Girard et Bastide. Grâce à cette enquête, les chercheurs mobilisés entendent mieux connaître les parcours scolaires, sur un plan général et pour la région Nord-Pas-de-Calais, marquée par des vulnérabilités sociales, économiques et culturelles.

Porteur du projet : Sandrine Mejias, Maîtresse de Conférences

Laboratoire : SCALAB

Discipline.s : Développement de la cognition mathématique, appréhension des numérosités, troubles des apprentissages

Résumé du projet :

Cette étude porte sur le développement de la lecture chez les enfants allophones (c’est-à-dire dont la langue maternelle n’est pas le français) arrivés en France depuis moins de deux ans. Ces enfants sont connus comme étant plus à risque que les enfants monolingues de présenter des difficultés en lecture même après plusieurs mois de suivi en unité spécialisée (Armagnague & Rigoni, 2018). La question du dépistage précoce des difficultés d’apprentissage est donc cruciale afin de leur proposer au plus tôt des interventions ciblées. C’est pourquoi nous cherchons à déterminer quelles sont les compétences cognitives les plus fortement reliées à l’acquisition du langage écrit chez ces enfants allophones en nous appuyant sur les connaissances actuelles sur le développement de la lecture chez les enfants monolingues. Cela permettra d’aider à combler le manque d’outils de dépistage et d’évaluation langagière qui soient adaptés à la population allophone.

Porteur du projet : Béatrice Micheau, Maîtresse de Conférences

Laboratoire : GERiiCO

Discipline.s : Anthropologie des savoirs : pratiques et usages dans les lieux de savoir, des lieux de médiation (école, bibliothèques, CDI etc.). Littératies : la culture écrite et ses transformations, les cultures informationnelles et/ou médiatiques, les pratiques informationnelles ou médiatiques, les cultures numériques. Anthropologie du numérique : usages des dispositifs numériques, théories des objets, techniques et documents numériques. L'éducation aux médias et à l'information

Résumé du projet :

L’observation et l’analyse des pratiques de lecture et écriture autour du dispositif Cub’Edito de Short Editions devrait permettre de mieux comprendre le continuum lecture-écriture, ses transfigurations par le numérique, ainsi que de travailler les différentes dimensions du concept de littératie. Le dispositif proposant par ailleurs, dans une phase expérimentale, des outils d’aide à la lecture et à l’écriture pour des élèves à besoins particuliers, on étudiera également, par une approche qualitative, l’apport du Cub’Edito pour une approche plus inclusive de l’écriture et de la lecture en milieu scolaire. Pour comprendre au mieux ce qu’un dispositif numérique fait aux littératies des élèves comme aux pratiques de médiation de la lecture et de l’écriture par les enseignants (enseignants de français, professeurs documentalistes, professeurs des écoles), nous travaillerons sur ces différentes dimensions : le dispositif éditorial collaboratif de Short éditions comme dispositif de prescription, les processus d’appropriation de ce dispositif par des enseignants, les situations d’usage pédagogique de ce dispositif comme des situations de médiation non seulement de la culture écrite mais aussi de la culture numérique, l’analyse des apprentissages, des pratiques de lecture et d’écriture engagées par le dispositif à partir de l’hypothèse d’un continuum scriptural.

Porteur du projet : Stéphan Mierzejewski, Maître de Conférences

Laboratoire : RECFIES - CIREL

Discipline.s : Sociologie du travail enseignant

Résumé du projet :

La réputation d’expertise pédagogique dont bénéficient les enseignants en EPS (Mierzejewski, 2016) a été mise à l’épreuve dans le cadre d’un projet régional (PEPS A2U, 2018-2021) centré sur les spécificités professionnelles de cette communauté disciplinaire. La base de données réunie rend possible une lecture comparative des propriétés sociales du groupe, de ses ressources scolaires et culturelles, des expériences et pratiques de/en formation initiale et continue de ses membres, de leurs rapports aux diverses composantes du métier d'enseignant et de la construction/adaptation de leurs outils et gestes professionnels. Le collectif inter laboratoires et interdisciplinaire de chercheurs à l’origine de ce projet entend maintenant concentrer l’analyse sur les effets (réels ou supposés) d’une telle expertise au contact de publics ciblés (élèves décrocheurs, à besoins éducatifs particuliers, en situation de mixité et de vulnérabilité sociale et/ou sanitaire) où elle est décisive.

Porteur du projet : Dalila Moussi, Maîtresse de Conférences

Laboratoire : CIREL

Discipline.s : Sciences de l’Education, Didactique du Français

Résumé du projet :

Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un travail initié en 2019 (Projet Heter, INSPE Lille HdF) et s’intéresse aux représentations et aux pratiques d’enseignants débutants et expérimentés relatives à la gestion de l'hétérogénéité des élèves en classe. Il réunit une équipe pluridisciplinaire de chercheurs, formateurs à l’INSPE de Gravelines, ainsi qu’une équipe d’enseignants maîtres formateurs afin de mieux comprendre les pratiques de différenciation pédagogique des enseignants et d’identifier les pratiques les plus efficientes susceptibles d’être transférables dans le cadre de la formation initiale.

A partir d’une enquête menée auprès de fonctionnaires stagiaires et d’enseignants maîtres formateurs (EMF), d’observations de classes et d’entretiens semi- directifs, nous réfléchissons à la manière d’accompagner les néo-enseignants dans un contexte d’école inclusive. La collaboration entre chercheurs et praticiens experts devrait permettre d’outiller plus efficacement les enseignants débutants mais également les formateurs à l’aune de la nouvelle maquette de formation.

Porteurs du projet : Dalila Moussi et Catherine Souplet, Maîtresses de Conférences

Laboratoire : CIREL

Discipline.s : Sciences de l’Education, Didactique du Français / Didactique de l'histoire, visites scolaires dans des espaces muséaux, pratiques de l'histoire à l'école élémentaire, méthodologies de recherche

Résumé du projet :

Ce projet de recherche s’inscrit dans le cadre d’un travail initié en 2017 (projet ACERS, INSPE Lille HdF). Il s’intéresse aux processus de coformation/autoformation d’un groupe auto constitué de professeurs des écoles qui ont décidé de réfléchir ensemble sur leurs pratiques avec, entre autres, l’objectif de découvrir, de mieux comprendre, et de s’approprier des dispositifs pédagogiques différents afin de lutter contre l’échec scolaire. Ces processus de co/autoformation relèvent d’une forme de formation continue, avec la particularité qu’ils se développent en dehors de toute injonction et de tout dispositif institutionnel. L’originalité de cette recherche réside dans le fait que les chercheurs ont accès aux documents partagés par ce groupe, et qu’ils assistent en tant qu’observateurs à leurs réunions de travail. L’analyse des données permet d’étudier en contexte la construction et le fonctionnement d’un groupe d’autoformation autonome par rapport aux dispositifs de formation proposés par l’Education nationale, et d’enrichir la réflexion sur ce que pourraient être des dispositifs alternatifs de formation au service de la réussite des élèves.

Porteur du projet : Bruno Vilette, Professeur des universités

Laboratoire : PSITEC

Discipline.s : Apprentissage et développement cognitif

Résumé du projet :

L’objectif de la recherche est d'améliorer la résolution de problèmes arithmétiques au primaire à partir d'une démarche d'apprentissage « sans les nombres ». Cette démarche est mise en œuvre par les enseignants eux-mêmes durant les heures de classe, et cela conformément aux programmes scolaires avec l'aval des inspecteurs de l'éducation nationale missionnés mathématique. L'accent est mis sur les classes situées en zone d'éducation prioritaire où les élèves sont les plus en difficultés. Un protocole expérimental d'apprentissage (pré-test, intervention et post-tests) doit permettre de vérifier les effets attendus en termes d'amélioration des performances arithmétiques, de renforcement du sentiment d'efficacité personnel et de diminution de l'anxiété mathématique. Il est notamment attendu que ces effets soient plus accentués dans les classes situées en zone d'éducation prioritaire. Au final, il s'agit de proposer aux enseignants une ressource pédagogique validé scientifiquement et exploitable en primaire afin d'améliorer la réussite des apprentissages arithmétiques de tous les élèves.