Préparer aux métiers de l'enseignement,
de l'éducation & de la formation

INSPÉ DE L'ACADÉMIE DE LILLE
HAUTS-DE-FRANCE

Publications

L’INSPÉ Lille – HdF a pour objectif de valoriser et de diffuser les travaux de recherche en éducation  réalisés dans l’académie de Lille.

A cette fin, les publications soutenues par l’INSPÉ Lille-HdF et/ou celles réalisées par les acteurs de la recherche de l’INSPÉ Lille-HdF sont mises en ligne.

Nos collègues publient

Mise en ligne du numéro 193-194 de la revue Pratiques, numéro de septembre 2022 co-dirigé par Isabelle de Peretti, professeur émérite de Langue et littérature françaises à l'INSPÉ Lille HdF, et André Petitjean : Pour une didactique du théâtre : entre textes, jeux et représentations.

Résumé

Intitulé « Pour une didactique du théâtre : entre textes, jeux et représentations », le numéro 192-193 de Pratiques complète la précédente livraison dont elle représente le volet didactique. La première partie (« Approche historique et institutionnelle »), rend compte des changements qu’a connus l’enseignement du théâtre au niveau du secondaire. Outre l’analyse des textes et discours officiels (programmes, rapports de jury des concours de recrutement externes et internes, ressources numériques) et des recommandations des manuels à ce sujet, on s’intéresse également à la fortune de Tartuffe dans les manuels du lycée depuis le début du XXe siècle jusqu’à nos jours. La seconde partie (« Réflexions théoriques et didactiques ») propose une réflexion d’ensemble pour prendre en compte, dans la formation des élèves, la triple dimension du théâtre comme texte, jeu et représentation. Les théories du sujet lecteur confronté aux textes dramatiques, la place du jeu, la sensibilisation à la dramaturgie, à la lecture des captations vidéos y sont analysées et débattues, en dialogue avec le savoir et l’expérience de professionnels, comme ici avec É. Ruf, comédien, metteur en scène, scénographe et administrateur de la Comédie Française. La troisième partie (« Le théâtre à l’école, au lycée et en formation »), propose un bilan des pratiques d’enseignement du théâtre dans différents niveaux ou parcours et rend compte d’expériences concrètes réalisées. Une place importante y est accordée au répertoire contemporain pour la jeunesse et à son exploitation en classe.

https://journals.openedition.org/pratiques/11285

Odile Rohmer, Mickaël Jury, Maria Popa-Roch coordonnent L'inclusion scolaire - Perspectives psychosociales, publié aux Éditions de l'Université de Bruxelles.

Avec les contributions de Caroline Desombre, professeure des universités en psychologie sociale à l'INSPÉ Lille HdF et Kamilla Khamzina, ingénieure de recherche à l'INSPÉ Lille HdF : 

  • Kinnig, T., Rohmer, O., Goudemand, J., Wibaut, B., & Desombre, C., Comment favoriser la réussite scolaire des élèves touchés par l’hémophilie ? Etude de la représentation sociale de l’élève porteur d’hémophilie. In O. Rohmer, M. Jury, & M. Popa Roch (eds), L’inclusion scolaire : Perspective psychosociale. Psychologie & Société, Presses Universitaires de Bruxelles.
  • Jury, M., Khamzina, K., Aelenei, C., Stanczak, A., Pironom, J., Desombre, C., Toczek-Capelle, M.-C., & Rohmer, O. (à paraitre). La réussite des élèves à besoins éducatifs particuliers à l’épreuve de la sélection et du backlash. In O. Rohmer, M. Jury, & M. Popa Roch (eds), L’inclusion scolaire : Perspective psychosociale. Psychologie & Société, Presses Universitaires de Bruxelles.
  • Perrin, A.-L, Serour, N., Rohmer, O., Desombre, C., Khamzina, K., Guichardaz, E., & Jury, M. Mieux comprendre les attitudes à l’égard de l’éducation inclusive : Rôle du type de handicap de l’élève, du statut de l’enseignant et de la familiarité. In O. Rohmer, M. Jury, & M. Popa Roch (eds), L’inclusion scolaire : Perspective psychosociale. Psychologie & Société, Presses Universitaires de Bruxelles.

Résumé

Cet ouvrage propose un panorama des travaux francophones sur la question de l'inclusion scolaire. Il a pour ambition de montrer comment les freins et les leviers à une inclusion réussie peuvent être compris par le prisme des recherches en psychologie sociale.

Les auteur·es de cet ouvrage sont des enseignant·es-chercheur·es en psychologie sociale et des enseignant·es de terrain.Sur la base de travaux scientifiques rigoureux, ils proposent des pistes d'analyse quant aux obstacles et leviers à la scolarisation des élèves en situation de handicap.

Parmi les questions traitées se trouve notamment celle du décalage entre les valeurs des enseignant·es, leurs attitudes et leurs comportements au sein de la classe. Les auteur·es insistent sur les multiples facteurs freinant l’inclusion : le poids de l’institution, les croyances individuelles, les représentations collectives, ou encore l’importance de la formation. De façon centrale également, cet ouvrage a vocation de dépasser l’idée que la question de l’inclusion scolaire ne concerne que les élèves à mobilité réduite mais aborde la question des troubles cognitifs, comportementaux, de la maladie chronique, et plus largement les situations de handicap invisible. Chaque chapitre se termine sur des ouvertures et des perspectives pour les enseignant·es.

Si les études scientifiques présentées ici ne représentent qu’une infime partie du challenge, elles sont pourtant essentielles pour réfléchir collectivement (politiques, chercheur·es, acteur·trices de la communauté éducative) aux conditions favorisant une inclusion pleine et entière des personnes en situation de handicap dans notre société, et ce dès leur plus jeune âge.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet de l'éditeur.

La comprendre et s’en saisir.

Camille Roelens, chercheur à l’Université de Lausanne et au Centre interdisciplinaire de recherche en éthique publie aux éditions Chronique Sociale Manuel de l’autorité. La comprendre et s’en saisir..

Camille Roelens a enseigné à l’INSPÉ Lille HdF entre 2018 et 2021 et a participé à l’événement L’évaluation en contexte scolaire, organisé le 09 octobre 2021 sur le site INSPÉ de Villeneuve d’Ascq.

Résumé

Le titre de cet ouvrage n’est pas à comprendre comme la promesse d’ouvrir un livre de recettes ou d’une méthode infaillible - en quelques points à suivre rigoureusement - pour affirmer son autorité dans telle ou telle situation. Il ne s’agit pas de dire le dernier mot du débat contemporain sur l’autorité, mais plutôt d’accompagner ses lecteurs au sein de leur propre cheminement face à ces questions. L’objectif de cet ouvrage est
en fait double.
Il s’agit d’une part de mettre à portée de toutes les mains les principaux apports que peut procurer un parcours de recherche sur l’autorité puisant dans le vaste champ des sciences de l’homme. Il s’agit d’autre part de présenter et d’exposer ces apports de manière que chacun puisse, au sens fort du terme, s’en saisir.
Cela implique deux choses : s’approprier ces ressources, les comprendre, saisir les liens et tensions entre elles ; en faire, dans la pensée et dans la pratique, quelque chose de singulier et de propre.
Dans cette optique, l’ouvrage a été conçu selon cette double exigence d’offrir le maximum de prises et le maximum de perspectives possible pour chaque lecteur et lectrice.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet de l’éditeur ou téléchargez ce document.

  • Caroline Desombre, Professeure de psychologie sociale et directrice adjointe de l’INSPÉ Lille HdF
  • Marine Delaval, Maitresse de conférences en psychologie sociale à l’INSPÉ Lille HdF
  • Mickaël Jury, Maître de conférences en psychologie sociale à l’INSPÉ Clermont Auvergne

publient dans la revue Frontiers in psychology : Influence of Social Support on Teachers’ Attitudes Toward Inclusive Education.

Cet article est la 1ere publication INSPÉ Lille HdF en lien avec le projet PIA3 « 100% IDT – 100% inclusion, un défi un territoire ».
Le projet PIA 3 100% IDT vise à favoriser l’inclusion des élèves à besoins éducatifs particuliers sur le territoire des Hauts-de-France et de la Normandie en impulsant la création d’un pôle structurant multidisciplinaire.

Pour consulter l’article, cliquez ici.

Les Éditions Honoré Champion vous annoncent la parution de Scolarisation du théâtre et recherches didactiques. 1970-2017, par Isabelle De Peretti.

Résumé

Ce volume présente la scolarisation du théâtre à travers l’étude des innovations et des recherches consacrées à cet objet de 1970 à 2017. La recherche s’appuie sur le dépouillement des articles des publications didactiques d’interface ou de recherche. Conduite dans une perspective historique et didactique, elle porte principalement sur les contextes scolaires français et belge. L’ouvrage rend ainsi compte d’un corpus dense de réflexions, d’innovations et de recherches, mal connu car dispersé dans de multiples publications, pour en cerner les problématiques, les évolutions voire les tensions à l’œuvre, comme les apports dans les débats actuels sur le théâtre à l’école.

Concernant l’auteur

Isabelle De Peretti est Professeure en langue et littérature françaises à l’INSPÉ Lille HdF et membre du laboratoire Textes et Cultures de l’université d’Artois. Ses recherches portent sur la didactique de la littérature et spécialement du théâtre (classique ou contemporain), comme sur la formation des enseignants et sur les manières d’enseigner la littérature.

Téléchargez le document de présentation de l’ouvrage ou rendez-vous sur le site internet de l’éditeur.

Figures d’exemplarité, figures d’exemple.

Nassim EL KABLI, ATER en philosophie de l’éducation à l’INSPÉ Lille HdF (site de Douai) publie aux éditions Misémis Soi-même par un autre. Figures d’exemplarité, figures d’exemple.

Résumé

La question « ­ qui suis-je­ ? ­ » occulte souvent celle de savoir quelle place occupent les autres dans le processus de construction de l’identité personnelle. L’autre est le plus souvent envisagé comme un élément extérieur, gravitant autour d’un Moi considéré comme centre de référence. Or l’autre n’est pas seulement celui qui me fait face, il est bien plus souvent celui qui me fait être. C’est notamment le cas quand l’autre est un modèle, que je le choisisse (figure d’exemple), ou qu’il soit socialement construit et me soit imposé (figure d’exemplarité). Cette distinction entre figure d’exemple et figure d’exemplarité est au cœur de ce livre, qui s’appuie autant sur la tradition philosophique que sur la prise en compte des héros de la vie réelle ou des superhéros de la fiction. C’est par les autres, réels ou irréels, et grâce à eux, que je deviens celui que je suis.

Plus d’informations sur le site internet de l’éditeur

Recherche action sur leur adhésion aux pratiques sportives d’opposition individuelle et collective.

Thibaut Kuehn, professeur d’EPS à l’INSPÉ Lille HdF, publie dans la revue GEF (Genre Éducation Formation) un article intitulé "Le rôle de l’EPS et de l’Association Sportive dans la mobilisation et l’engagement des adolescentes. Recherche action sur leur adhésion aux pratiques sportives d’opposition individuelle et collective."

Résumé

Pourquoi une adolescente se destinerait-elle plutôt au volley-ball qu’à la danse ? Nous cherchons à dénouer ici les mécanismes qui opèrent dans le choix de l’engagement pour la pratique sportive, en particulier pour les sports collectifs et les sports de filets, en questionnant les mobiles des élèves. A travers une analyse de leurs pratiques physiques volontaires et/ou obligatoires en Éducation Physique et Sportive, nous avons cherché à savoir si l’utilisation d’une pédagogie de la mobilisation faisait évoluer le dogme selon lequel les filles se désintéressaient davantage des sports dits d’opposition. Cette recherche action tente de montrer qu’il est possible d’infléchir cette tendance. A travers trois analyseurs que sont l’attrait pour l’activité sportive telle qu’elle est proposée, la motivation d’affiliation avec les camarades et la relation pédagogique avec le professeur, nous verrons comment rendre les adolescentes plus libres et autonomes dans leur choix de pratique physique.

Pour consulter l’article, cliquez ici.

Les Presses Universitaires du Septentrion annoncent la parution de l’ouvrage Les surveillants généraux (1847-1970). Entre figures littéraires et profils historiques par Christine Focquenoy Simonnet, docteure en histoire contemporaine et formatrice académique à l’INSPÉ Lille HdF.
Préface de Jean-François Condette, Professeur des Universités d’Histoire et civilisation contemporaine à l’INSPÉ Lille HdF.

Résumé

Le surveillant général est un acteur méconnu de l’enseignement secondaire français, des XIXe-XXe siècles. L’analyse des représentations permet de dégager la figure unifiée du « surgé ». Dépassant ces stéréotypes, une étude historiographique et prosopographique, basée sur un important corpus d’archives et de témoignages, révèle les profils historiques nuancés du surveillant général, le cadre d’exercice, le métier au quotidien et les carrières protéiformes. La surveillance générale au prisme du genre s’ancre dans les images traditionnelles de la femme, attendues par l’institution. Le surveillant général demeure le gardien de l’ordre aux ordres, garant de l’éducation comme clôture. L’histoire de cet acteur condense l’histoire de l’enseignement secondaire et ses scléroses. Le mythe du « surgé » survit à la disparition de ces personnels et altère l’identité professionnelle de son successeur, le conseiller principal d’éducation.

Présentation de l’auteur

Christine Focquenoy Simonnet est docteure en histoire contemporaine. Elle est chercheure associée aux laboratoires CREHS (Centre de Recherche et d’Études Histoire et Sociétés, université d’Artois) et au CIREL (Centre interuniversitaire de recherche en éducation de Lille), qualifiée MC, en histoire et en sciences de l’éducation. Elle est chargée de cours à l’université de Lille, formatrice académique à l’INSPÉ Lille HdF. Ses recherches portent sur le CPE et son ancêtre le surveillant général, la division du travail éducatif, la laïcité et l’engagement des jeunes.

Pour en savoir plus, cliquez ici

Le service Recherche vous informe de "Psychologie du haut potentiel", sous la direction de Nicolas Gauvrit (Maître de conférences HDR en mathématiques à l’INSPÉ Lille HdF) et Nathalie Clobert (Psychologue clinicienne).

Résumé

Psychologie du haut potentiel offre un panorama des aspects scientifiques, cliniques, éducatifs et professionnels dans la prise en charge de l’enfant, de l’adolescent et de l’adulte à haut potentiel intellectuel. Le livre regroupe des auteurs de courants divers, réunis pour former un consensus sur la question du haut potentiel intellectuel.
Les étudiants et les professionnels sont souvent démunis lorsqu’ils se confrontent au haut potentiel pour la première fois. Bien que le thème soit très médiatique, les livres font rarement référence aux recherches actuelles sur l’intelligence et s’adressent bien souvent au grand public.
Psychologie du haut potentiel vient répondre au besoin de formation et d’information des professionnels, en proposant un livre de référence sur le sujet. Le livre embrasse les aspects majeurs de la thématique du haut potentiel : des modèles de références de la douance jusqu’à l’accompagnement de l’enfant et de l’adulte, en passant par l’actualité des recherches scientifiques, les questions d’identification et de diagnostic différentiel.
Tout en fournissant des outils solides pour le clinicien et le thérapeute, il propose également une ouverture sur le monde de l’éducation au travers de plusieurs chapitres consacrés aux adaptations pédagogiques, mais aussi sur le monde des ressources humaines et de l’accompagnement professionnel.
L’originalité de ce livre réside dans la combinaison d’une approche scientifique rigoureuse et de réflexions cliniques et éducatives étayées, appuyées par de nombreuses études de cas. Le style est accessible, s’adressant autant à des étudiants qu’à des praticiens confirmés.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Le service Recherche vous informe de la publication du livre "Le massacre d’Ascq, 1er avril 1944. Enseigner un traumatisme de l’histoire.", édité par Jérôme Krop (Maître de conférences en histoire contemporaine à l’INSPÉ Lille HdF) et Corinne Vezirian (Enseignante en Histoire à l’INSPÉ Lille HdF).

Résumé

Le massacre d’Ascq du 1er avril 1944 a profondément marqué la mémoire et l’histoire de la Seconde Guerre mondiale dans le Nord. Il demeure aujourd’hui un enjeu de transmission mémorielle que l’enseignement scolaire de l’histoire ne peut ignorer.

Comment cet événement de la Seconde Guerre mondiale est-il enseigné à l’École ? À quelles difficultés les enseignants sont-ils confrontés ? Plus généralement se pose la question de l’enseignement des traumatismes de l’histoire.

Ce livre propose d’abord une mise en perspective historique de cet évènement tragique associant historiens et acteurs de la transmission mémorielle, puis une présentation des pratiques pédagogiques menées par des enseignants des écoles et collèges de Villeneuve d’Ascq lors des commémorations du 75e anniversaire de ce drame. Cet ouvrage collectif donne des clés de lecture d’un événement parfois méconnu et ouvre des perspectives pour que lui soit donné toute sa place dans l’enseignement de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Le service Recherche vous informe de la publication du livre "Ce qu’incorporer veut dire", dirigé par Sébastien Fleuriel (Université de Nantes), Jean-François Goubet (INSPÉ Lille HdF - Université de Lille), Stéphan Mierzejewski (INSPÉ Lille HdF - Université de Lille), Manuel Schotté (Université de Lille)

Résumé

La notion d’incorporation vise à échapper à une série de fausses alternatives telles que celle de l’individuel et du collectif. Elle se réfère à l’idée d’une inscription du social dans les corps.
Bien qu’introduisant une rupture fondamentale avec les théories classiques de l’action, elle a paradoxalement été peu discutée dans ses soubassements philosophiques, comme dans ses implications méthodologiques et empiriques. Cet ouvrage à plusieurs voix entend explorer ce qu’incorporer veut dire en envisageant la question à différentes échelles d’analyse et d’instanciation. Il s’agit d’abord de revenir sur la genèse du concept d’incorporation en le situant dans l’espace des théories de l’action, avec et contre lesquelles il s’est construit. Il s’agit ensuite d’avancer dans la saisie des contextes et médiations qui conduisent concrètement à incorporer le monde social. C’est en tenant ensemble ce double mouvement de réflexion que l’ouvrage propose un horizon d’investigation permettant de mieux appréhender la façon dont le social habite les corps, s’incarne en eux.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Le service Recherche vous informe, de la publication du livre "Approches analytiques des textes littéraires" en coordination Magali Brunet et Isabelle De Peretti Professeur de langue et littérature françaises à l’INSPE Lille Hauts de France, Université de Lille, et membre du laboratoire Textes et Cultures, UR 4028, Université d’Artois. 

Résumé

Qu’en est-il aujourd’hui, dans les pratiques ordinaires des classes, de la lecture des textes littéraires et, plus précisément, de ses approches analytiques ? Ceci, qu’on les désigne dans les programmes officiels comme « lecture », « lecture analytique », voire, plus récemment à nouveau comme « explication de textes » (ministère de l’Éducation nationale 2019a). Dans quelle mesure cette tradition des approches analytiques est-elle questionnée par l’évolution des recherches, par le renouvèlement des publics scolaires et par les humanités et les outils numériques ? Telle est la problématique abordée dans le dossier thématique de ce numéro.

Pour en savoir plus, cliquez ici

Le service Recherche vous informe de la publication "Histoire de l’enseignement en France, XIXe siècle-XXIe siècle" de Jean-Noël Luc, directeur de l’ouvrage, est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sorbonne Université, Jean-François Condette Professeur des Universités à l’INSPÉ de l’académie de Lille – Hauts-de-France en Histoire et civilisation contemporaine et membre du laboratoire CREHS de l’Université d’Artois, Yves Verneuil, Professeur en sciences de l’éducation à l’Université Lumière Lyon 2.

Résumé 

Au début du XIXe siècle, une minorité d’enfants, surtout masculine, fréquente une école élémentaire, tandis que l’enseignement secondaire accueille environ 2% d’une génération. Deux siècles plus tard, l’instruction est obligatoire, pour les deux sexes, de 3 à 16 ans, et la plupart des bacheliers (80% de leur génération) suivent des études supérieures.Cette aventure collective est l’œuvre d’acteurs multiples, publics et privés, nationaux et locaux.Analyser ses objectifs, ses modalités et ses résultats offre un observatoire privilégié sur les politiques éducatives, ainsi que sur la société, ses valeurs, ses dynamiques et ses blocages.Trois actes ont été retenus pour appréhender une histoire plus riche en permanences qu’en ruptures. La première époque se situe entre l’émergence d’un système scolaire d’État, au début du XIXe siècle, et la fin des années1870. L’âge de la République enseignante dure, ensuite,de1880 à1940, avant la rupture partielle de Vichy. L’École de masse –étudiée ici jusqu’à la fin des années2010–se construit, depuis la Libération, à travers deux « explosions scolaires ». Une dernière partie propose une autre lecture, thématique, de la scolarisation à travers plusieurs panoramas diachroniques consacrés à ses acteurs et à son expansion quantitative, ainsi qu’aux reconfigurations institutionnelles et professionnelles du système.Cette démarche fait ressortir des faits particuliers, comme la création napoléonienne de l’Université, les innovations de la décennie 1880, le destin de l’École pendant les deux guerres mondiales, le moment Mai68et les grandes réformes ultérieures, mais également des temporalités spécifiques, des continuités ou des inflexions, masquées par le seul calendrier politique.
Cet ouvrage, s’appuie sur des travaux récents en histoire de l’éducation. Il présente les personnels, les usagers et la vie quotidienne des établissements, ainsi que les contenus enseignés et les aléas de l’innovation pédagogique. Il analyse la question du genre et les épreuves des deux guerres mondiales. Il évoque l’éducation spécialisée, l’éducation surveillée, l’éducation populaire et l’École en situation coloniale. Il expose les différents éléments du débat, ancien et animé, autour de l’École de masse, dont les insuffisances ne sauraient masquer les réalisations. Le texte est complété par 16 figures, 17 tableaux statistiques, 212 repères chronologiques et une bibliographie sélective de 270 titres. Jean-Noël Luc, directeur de l’ouvrage, est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sorbonne Université. Jean-François Condette est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lille (INSPÉ). Yves Verneuil, historien contemporanéiste, est professeur en sciences de l’éducation à l’Université Lumière Lyon 2.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Le service Recherche vous informe de la publication d’Histoire des élèves en France Volume 2 - Ordres, désordres et engagements (XVIe - XXe siècles) édité par Jérôme Krop maître de conférences en histoire contempo­raine à l’INSPÉ HdF, membre du labora­toire CREHS de l’université d’Artois et Stéphane Lembré agrégé d’histoire, est maître de conférences en histoire contemporaine à l’INSPÉ HdF, membre du laboratoire CREHS de l’université d’Artois.

Résumé 

Si l’histoire de l’éducation évoque souvent les élèves, elle en fait trop rarement des acteurs à part entière du système éducatif. La place des élèves renvoie pourtant à l’enjeu de la vie en démocratie.

L’école est tout autant un moyen pour une société de former, informer et conformer la jeunesse, qu’une institution plurielle façonnée par celles et ceux qui la fréquentent. Ce livre, second tome de la publication d’un vaste travail collectif sur l’histoire de l’enfance et de la jeunesse scolarisées, vise à retrouver les élèves à travers leur adhésion ou leurs contestations de l’ordre imposé par l’école, lui-même changeant, et leur participation à la vie des écoles.

Quatorze textes explorent la diversité des sources donnant accès aux actes et aux paroles des élèves de divers établissements. En accordant une place importante mais non exclusive aux dernières décennies du XXe siècle, qui connaissent des développements décisifs, il s’agit aussi de donner toute sa profondeur chronologique à cette histoire.
Édition Première édition
Éditeur Presses Universitaires du Septentrion

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Le service Recherche vous informe de la publication "Histoire des élèves en France" volume 1 - Parcours scolaires, genre et inégalités (XVIIe - XXe siècles) de Jean-François Condette Professeur des Universités à l’INSPÉ de l’académie de Lille – Hauts-de-France en Histoire et civilisation contemporaine et membre du laboratoire CREHS de l’Université d’Artois & Véronique Castagnet-Lars maîtresse de conférences en histoire à l’INSPÉ Toulouse Occitanie-Pyrénées et chercheuse au sein du laboratoire Framespa UMR 5136 (groupe de recherches « Studium »).

Résumé 

Si l’élève n’est pas un nouvel oublié de l’histoire, il est cependant assez peu présent dans les études historiques en éducation, alors que les enseignants, les administrateurs, les contenus scolaires ou l’évolution de la législation le sont bien davantage. Il s’agit ici de placer l’élève au centre des analyses, qu’il soit sous l’autorité d’un précepteur ou intégré dans un établissement scolaire, et de l’étudier sur la longue durée des XVIIe-XXe siècles. Les parcours scolaires des élèves sont scrutés au plus près des sources existantes, dans dix-sept études de cas mises en relation avec le contexte national. Il s’agit de saisir le poids des déterminismes sociaux, économiques, culturels mais aussi géographiques, et de mesurer la part de liberté individuelle ou familiale qui demeure dans le choix de la fréquentation de tel ou tel établissement. La dimension genrée de ces choix et déterminismes est aussi prise en compte, tout comme l’étude de l’influence des événements politiques.
Édition Première édition
Éditeur Presses Universitaires du Septentrion

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Le service Recherche vous informe de la publication dans Spirale - Revue de Recherches en Éducation – 2020 N° 65-2 (pages 25 à 38) de Dalila Moussi Maître de conférences à l’INSPÉ, laboratoire CIREL (UDL) et Christophe Luczak sur "La gestion de l’hétérogénéité des élèves par des enseignants débutants : quand la recherche devient professionnalisante

Résumé

Cet article se propose d’interroger les conceptions et les pratiques de futurs professeurs des écoles ainsi que celles d’enseignants plus expérimentés sur la gestion de l’hétérogénéité en classe. Que peut-on/doit-on attendre d’un enseignant fonctionnaire-stagiaire encore en formation ? Quelles sont les pratiques d’enseignants plus expérimentés pour accompagner au mieux les élèves dans leurs apprentissages ? Dans un contexte d’école inclusive, comment la formation initiale à l’INSPÉ peut-elle accompagner les néoenseignants ? Nous présentons quelques résultats issus d’une recherche en cours sur les pratiques de la pédagogie différenciée telles qu’elles peuvent être reconstruites à partir de déclarations d’enseignants experts interrogés par des étudiants de 1ère année de Master MEEF dans le cadre de leur stage d’observation et du module d’initiation à la recherche et d’autre part, celles d’enseignants novices, fonctionnaires-stagiaires en Master 2, lors de leur stage en responsabilité.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Le service Recherche vous informe de la publication du dossier « L’aventure de la géographie » dans le n°559 des Cahiers pédagogiques paru en Février 2020. Ce dossier a été coordonné par notre collègue Christophe Duhaut, formateur INSPÉ Lille HdF et Alexandra Rayzal Professeure d’histoire-géographie en collège à Paris.

Résumé 

Comment faire aimer et étudier une géographie vivante, qui ait du sens, qui permette de comprendre le monde et d’y agir en citoyens actifs ? Comment, de la maternelle à l’université, faire entrer nos élèves dans les deux dimensions fonctionnelle et symbolique de l’espace à travers des démarches prospective et imaginaire ?

Pour visualiser le sommaire du n°559 Cahiers pédagogiques sur la géographie, cliquez ici

Vous trouverez ici le lien du site Cahiers pédagogiques, la librairie.

Le service Recherche vous informe de la publication du n°151/2019 HISTOIRE DE L’ÉDUCATION (E.N.S. Editions) sous la direction de Jean-François Condette, Professeur des Universités à l’INSPÉ de l’académie de Lille – Hauts-de-France en Histoire et civilisation contemporaine et membre du laboratoire CREHS de l’Université d’Artois et de Véronique Castagnet-Lars.

Résumé 

Dans la continuité du numéro 150 qui proposait cinq bilans historiographiques sur l’histoire des élèves, ce numéro présente cinq contributions qui insistent davantage sur les questions liées aux archives, aux sources imprimées et aux enquêtes statistiques, et qui mettent en avant les dimensions méthodologiques de l’écriture de cette histoire. Les sources sur les élèves sont souvent lacunaires et indirectes. Écrites par des adultes pour d’autres adultes, les sources administratives rendent compte d’une situation ou aident à la prise de décision. Les élèves sont bien présents, mais à l’arrière-plan, comme unités de compte révélant la bonne santé ou la crise d’un établissement. C’est à partir du croisement de sources diverses, permettant d’associer données nationales et réalités départementales ou locales, archives et textes imprimés, que l’on peut retrouver l’élève, comme le montrent les contributions de Dominique Julia, Jean le Bihan et de Solenn Huitric. Les mémoires, autobiographies et souvenirs étudiés par Pierre Caspard, si l’on dépasse leur individualité par leur mise en corpus, en disent aussi beaucoup sur la vie d’élève. L’historien peut également bénéficier de la collecte de données et de la constitution de larges bases par les services du ministère de l’Éducation nationale, comme les panels d’élèves mis en place depuis les années 1960 et présentés par Jean-Paul Caille et Jérôme Krop.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Le service Recherche vous informe de la publication de Benjamin Brou, Maître de conférences habilité en Arts plastiques et Sciences de l’art (18ème section), INSPÉ Lille HdF, Laboratoire Textes et Cultures EA4028 dans la collection AU-DELA DES APPARENCES.

Résumé 

Le corps, tel qu’on peut le voir aujourd’hui dans les amphithéâtres universitaires et les salles de classe, devient de plus en plus un corps prothèse. L’ordinateur ou la tablette aux bouts des doigts, le vidéoprojecteur numérique ou le tableau blanc interactif devant les yeux, font désormais partie des dispositifs pédagogiques.

Ces technologies contemporaines qui constituent de nos jours les nouveaux moyens d’apprentissage, suppléent aux organes et aux membres du corps, allant parfois même jusqu’à faire disparaître le corps humain, à le remplacer. Épousant ainsi donc le sens grec du mot prothèse (prosthésis), c’est-à-dire « placé avant », le numérique amène à se poser des questions sur l’avenir du corps à l’école.

C’est à juste titre qu’on peut se demander si l’on va vers la disparition du corps à l’école, ou si le corps à l’école est inexorablement condamné à l’assistance par la machine, désormais seule capable de lui permettre d’apprendre.

Textes de : Hervé Bacquet, Ophélie Boudjoudi, Benjamin Brou, Minakshi Carien, Paulina Carrasco Arroyo Tirilly, Pierre-Emmanuel Chaupy, Claude Chiche, Éliane Chiron, Valérie Faranton, Wided Garsallah, Carole Hoffmann, Jean-François Inisan, Étienne Kouadio, Xavier Lambert, Catherine Leclercq, Gaëlle Pelachaud, Marine Pillaudin, Jean-Pierre Sag, Anthony Spiegeler et Abderrahman Tenkoul.

Pour en savoir plus, cliquez ici